MA VISION.

picto-vision-je-suis

JE SUIS
PARCE QUE
NOUS SOMMES.
picto-vision-professeur

CHACUN PEUT
DEVENIR
SON PROPRE
PROFESSEUR.
picto-vision-imaginaire

DE LA NÉCESSITÉ DE SE
CONSTRUIRE UN AUTRE IMAGINAIRE.
picto-vision-negatif-je-suis

JE SUIS PARCE QUE NOUS SOMMES.

 

Exercer le métier de coach en créativité équivaut pour moi à un engagement politique dans le sens originel du terme. Aujourd’hui, il me semble primordial que nous apprenions réellement à vivre ensemble. J’ai même l’intime conviction que ça sera ça ou rien. Et pour tout dire, je ne veux plus consacrer une seconde de ma vie à autre chose qu’à participer à l’atteinte de ce but. Et pour cela nous devons d’abord apprendre à vivre avec nous-mêmes en individu libre et autonome. Basé sur l’alliance de recherches scientifiques sur l’être humain et de l’art du questionnement – que l’on nomme la maïeutique, mon métier me permet d’aider des personnes à acquérir les connaissances et les processus leur permettant de franchir cette étape.

 

picto-vision-negatif-professeur

CHACUN PEUT DEVENIR SON PROPRE PROFESSEUR.

 

Depuis quelques temps, j’entends dire “maintenant, tout le monde est coach”. Eh bien, je vous le dis tout de go : si seulement tout le monde était coach ! Bien sûr, tout dépend de ce que l’on entend par coach. Pour moi, le coaching en créativité, c’est croire que chacun peut être son propre professeur. Acquérir de la compréhension, du discernement, développer d’autres intelligences que celle purement rationnelle. Retrouver sa vulnérabilité, ce qui nous rends humain pour sortir de la séparation «moi et les autres», «moi et la planète» qui provoque tant de conflits et de mal-être aujourd’hui.
Et nous vivons une époque formidable car nous sommes en train d’apprendre à le faire. Pour cela, il nous faut d’abord désapprendre, déconstruire nos conditionnements, nos schémas pour laisser émerger le nouveau, la lumière, pour retrouver notre capacité à choisir et à créer réellement.

 

picto-vision-negatif-imaginaire

DE LA NÉCESSITÉ DE SE CONSTRUIRE UN AUTRE IMAGINAIRE.

 

Nous sommes à la croisée des chemins. Aux marchands de pessimisme, à tous ceux qui pensent que l’on ne peut pas y changer grand chose, qu’il n’y a qu’un chemin possible, voir deux, son extrême opposé, eh bien, moi j’aspire et j’accompagne vers d’autres modèles, d’autres nuances complémentaires qui offriront à chacun la possibilité d’oser d’autres rêves et ainsi de mettre leur énergie dans des actions plus proches de leurs aspirations.
Et cela pose bien entendu à une échelle plus globale la question de la finalité. Pour quel monde, quelle société oeuvrons-nous dans notre quotidien ? Quand nous nous levons le matin ? Au travail ? avec nos enfants, etc ? Oui, osons-nous encore espérer le meilleur pour demain ? Sommes-nous encore capables de croire que demain sera forcément mieux qu’aujourd’hui, que nos enfants vivront dans un monde juste et équilibré ? Et sommes-nous prêts à mettre tout en oeuvre pour atteindre ce but ? Je suis persuadée que tout le monde se pose ces questions à un moment donné de sa vie, sans trop savoir comment y répondre. J’ai eu la chance de découvrir, d’apprendre et d’expérimenter des méthodes et des processus qui m’ont énormément aidé et je n’ai qu’une seule envie dorénavant, c’est d’en faire profiter les autres.
Et j’espère nous voir toujours plus nombreux à nous engager dans cette voie en prenant conscience de nos capacités, de notre responsabilité individuelle pour sortir une fois pour toute du statut de victime et et apprendre à vivre avec les autres dans la fraternité. Et quelque part peu importe la manière dont nous le faisons…